Accueil - Rencontres, activités et initiatives - Activités de l’ACK - Comité J.Krishnamurti français - Rencontres de l’ACK à Beaumont La Ferrière.

W_1312 - Nièvre - Week-end de dialogue proposé par l’ACK du Samedi 28 décembre 2013 au Mercredi 1er janv 2014 à Beaumont La Ferrière (58)



*

*

*



Week-end de dialogue
proposé par l’Association Culturelle Krishnamurti
à Beaumont-la-Ferrière

du samedi 28 décembre 2013 (14h)
au mercredi 1er janvier 2014 (14h)

Dans le but de préciser le climat des dialogues, vous trouverez ci-dessous un ensemble de textes qui en éclairent le contexte, l’intention et l’état d’esprit.


Voici les informations relatives au séjour :

Modalités pratiques et participation

Des moments de dialogue d’une heure et demi à deux heures sont prévus chaque jour ainsi que des moments libres pendant lesquels il est possible de consulter seul ou plusieurs des documents écrits ou vidéo de la bibliothèque Krishnamurti. Des activités corporelles (Chi-Gong, danse,…) seront également proposées pendant certains moments libres du week-end pour ceux qui le souhaitent.

Pour permettre au plus grand nombre de participer régulièrement, la contribution aux frais est réduite à 100 € pour les 4 jours du WE (pour les membres ACK, 130 € sinon). Ce montant réduit implique aussi une participation aux tâches (repas du soir préparés collectivement et ménage avant de partir) ainsi que d’apporter draps ou sac de couchage (draps sur place disponibles en supplément).

Pour les repas du midi, chacun est libre de préparer son pique-nique ou repas rapide à partir des ingrédients mis à disposition sur place à cet effet, ou d’ingrédients et préparations supplémentaires pouvant aussi être apportés par les participants (cuisine à disposition ; la cuisine est végétarienne).

Pour se rendre à Beaumont-la-Ferrière

En voiture de Paris : A6 puis A77 puis D38 jusqu’à Narcy et D38 jusqu’à Beaumont la Ferrière.

Pour les personnes venant en voiture et proposant un co-voiturage et ceux souhaitant y participer, n’hésitez pas à nous contacter.
En train de Paris jusqu’à la gare de La Charité-Sur-Loire.
Sur demande, on vient vous chercher à cette gare moyennant une participation aux frais d’essence.


Renseignements, inscriptions et réservations :

Sabine et Sylvain 06.71.90.34.57 après 19h
ou
ack krishnamurti-france.org

Inscription le plus tôt possible et au plus tard une semaine avant chaque WE
(pour permettre l’organisation des co-voiturages et des courses d’alimentation).



Introduction à l’état d’esprit des dialogues que nous proposons :

Dialoguer ensemble nécessite une communication effective, véritable.

« Je ne sais pas si vous avez déjà examiné la manière dont vous écoutez – que ce soit un oiseau ou le vent dans les feuilles, le bruit de l’eau vive, peu importe – ou l’attention que vous portez à quelque dialogue intérieur, ou à une conversation tenue au sein de diverses relations avec vos amis intimes, votre femme ou votre mari.
Si nous nous efforçons d’écouter, cela nous paraît extrêmement difficile, car nous ne cessons de projeter nos opinions et nos idées, nos préjugés, notre acquis, nos inclinations, nos pulsions ; lorsque tout cela domine, c’est à peine si nous écoutons ce qui est dit. Cet état-là est sans valeur aucune. On n’écoute – et donc on n’apprend – que si l’on est dans un état d’attention, un état de silence dans lequel tous ces échos antérieurs sont tenus en respect et se taisent. »

Talks and Dialogues in Saanen 1967, 1ère causerie publique, le 9 juillet 1967

Est-il possible de dialoguer ensemble dans un tel état d’attention, d’écoute et d’observation ? De suspendre pour un temps nos opinions et réactions habituelles ?

« Si vous écoutez à travers le filtre de votre passé ou de l’image que vous vous êtes peut-être forgée de l’orateur, en attribuant à celui-ci une certaine autorité – justifiée ou non –, alors il va de soi que vous n’écoutez pas vraiment.
Ce que vous écoutez, ce sont vos propres projections, qui font précisément obstacle à votre écoute. Là encore, la communication est impossible. De toute évidence, la communication réelle ne peut avoir lieu que lorsque le silence se fait. Quand deux personnes ont la ferme intention de comprendre quelque chose, qu’elles y impliquent sérieusement tout leur esprit et tout leur cœur, leurs nerfs, leurs yeux, leurs oreilles, il entre alors dans cette attention une certaine qualité de silence, et une communication effective, véritable, s’instaure. Non seulement on apprend, mais une compréhension parfaite se met en place – et cette compréhension s’apparente à l’action immédiate. En d’autres termes, quand on écoute sans aucune intention préalable, sans aucune barrière, en faisant abstraction de toute opinion, de toute conclusion, de toute expérience, alors, dans cet état, non seulement on comprend que ce qui est dit est vrai ou faux, mais si c’est vrai, il y a alors action immédiate, et si c’est faux, aucune action n’intervient. »
Talks and Dialogues in Saanen 1967, 1ère causerie publique, le 9 juillet 1967

Est-il possible de s’impliquer sérieusement de tout notre esprit, de tout notre cœur, nos nerfs, nos yeux, nos oreilles ? D’écouter sans aucune intention préalable, sans aucune barrière, en faisant abstraction de toute opinion, de toute conclusion, de toute expérience ?

Lorsque l’esprit, le cerveau, se sera affranchi de la peur, vous découvrirez la vérité.

« L’attention s’accompagne d’une complète immobilité, car elle ne comporte pas d’exclusion. Quand le cerveau parvient à être complètement silencieux, non pas endormi, mais actif, sensible, vivant, dans cet état d’immobilité, attentive, la peur n’existe pas. Alors il y a une qualité de mouvement qui n’appartient aucunement à la pensée, ni à la sensation, à l’émotion ou au sentiment. Ce n’est ni une vision, ni une hallucination. C’est un genre de mouvement différent qui conduit à ce qui ne peut être nommé, à l’incommensurable, à la vérité.

Mais, hélas, vous n’écoutez pas réellement, vous ne faites pas l’expérience totale de ce qui est dit, parce que vous ne l’avez pas pénétré, parce que vous n’avez pas poussé votre enquête jusque là. Par conséquent, dans peu de temps, la peur vous assaillira de nouveau et vous submergera. Il vous faut pénétrer la peur et, à mesure que vous la pénétrerez, elle se dissoudra. Et lorsque vous aurez ainsi établi les fondements de la réalité, vous ne rechercherez jamais plus, parce que toute recherche de la réalité est fondée sur la peur. Lorsque l’esprit, le cerveau, se sera affranchi de la peur, vous découvrirez la vérité. »
Briller de sa propre lumière, p. 74.

« La peur abstraite, cela n’existe pas ; il y a la peur du connu ou de l’inconnu, la peur de ce que l’on a fait ou de ce que l’on pourrait faire ; la peur du passé ou de l’avenir. La relation entre ce que l’on est et ce que l’on voudrait être provoque la peur. La peur surgit lorsque l’on interprète le fait d’être ce que l’on est en termes de récompense et de châtiment. La peur vient avec la responsabilité et le désir d’en être délivré. Il y a de la peur dans le contraste entre la douleur et le plaisir. La peur existe dans le conflit des contraires. Le culte du succès engendre la crainte de l’échec. La peur est le processus de l’esprit qui fait l’effort pour devenir. En devenant bon, on a peur du mal ; en devenant parfait, on a peur de la solitude ; en devenant grand on a peur des petites choses. La comparaison n’est pas la compréhension ; c’est la peur de l’inconnu dans sa relation au connu qui l’inspire. La peur est l’insécurité en quête de sécurité. »
J. Krishnamurti Commentaires sur la vie Tome 1, Chapitre 58 La peur


Dialogue et connaissance de soi...

Le dialogue que nous proposons dans ces rencontres est « un genre d’exploration collective, non seulement du contenu de ce que chacun de nous dit, pense et ressent, mais aussi des motivations, des présuppositions et des croyances sous-jacentes. »
Bohm, Factor, Garrett, Le Dialogue – Une proposition

« si le mécanisme de la pensée est ralenti, l’esprit peut la comprendre. (…) Il en est de même lorsque l’esprit se meut lentement parce qu’il désire comprendre chaque pensée dès qu’elle surgit : à ce moment-là, on se libère du mouvement de la pensée ainsi que des pensées que l’on a contrôlées ou disciplinées. (…)

Mais si chaque pensée est observée, ressentie pleinement, explorée et comprise totalement, vous vous apercevrez alors que la mémoire commence à disparaître. Nous parlons de la mémoire psychologique et non de celle des événements. »
J. Krishnamurti, De la liberté, p.16

« Le commencement de la méditation est la connaissance de soi, ce qui veut dire être conscient de chaque mouvement de la pensée et de l’émotion, connaître toutes les couches de ma conscience - non seulement les couches superficielles, mais les activités cachées, secrètes, profondes. Mais pour connaître les activités profondément cachées, les mobiles secrets, les réponses, les pensées et les sentiments, il faut qu’il y ait de la tranquillité dans l’esprit conscient ; c’est-à-dire que l’esprit conscient doit être immobile afin de recevoir les projections de l’inconscient. L’esprit superficiel, conscient, est absorbé par ses activités quotidiennes : gagner de l’argent, tromper les gens, exploiter, s’évader des problèmes - toutes les activités quotidiennes de notre existence. Cet esprit superficiel doit comprendre la vraie signification de ses activités et, ce faisant, introduire une tranquillité en lui-même. »
J. Krishnamurti, « De la connaissance de soi », Editions Le Courrier du Livre.



PDF - 50.3 ko
WE dialogue du Nouvel an 2014

A.C.K. (Association Culturelle Krishnamurti)
7 rue du Général Guilhem 75011 Paris
Tel : 01.40.21.33.33 (répondeur) - 06.81.71.24.40 (interlocuteur)
E-mail : ack krishnamurti-france.org
Site ACK : http://www.krishnamurti-france.org
Blog Centre Culturel ACK :
http://la-maison-beaumont.blogspot.com/
Site dépositaire des enseignements de JK :
http://www.jkrishnamurti.org
Librairie en ligne KFT :
http://kfoundation.org.uk/acatal
http://store.jkrishnamurti.org/sous...





  Connexion adhérent Accès adhérents | Espace privé | Plan du site | Références du site