Accueil - Rencontres, activités et initiatives - Activités de l’ACK - Comité J.Krishnamurti français - Rencontres de l’ACK à Beaumont La Ferrière.

W_1410 - Nièvre - Week-end de dialogue « Connaissance de soi » du vendredi 24 oct 2014 au dimanche 26 octobre 2014 à Beaumont la Ferrière (58)



ACK

CC-ACK

*


Rencontre Dialogue Connaissance de soi

organisée par l’Association Culturelle Krishnamurti

à Beaumont-la-Ferrière

du vendredi 24 octobre 2014 (18h)

au dimanche 26 octobre 2014 (18h)


Sur le sens de ces rencontres dialogue :

Les rencontres Dialogue « Connaissance de soi » proposent de réunir des personnes impliquées dans une démarche de connaissance de soi et souhaitant apprendre ensemble.

Connaissance de soi ?

Il s’agit de porter attention à mon propre processus psychologique : mes pensées, mes peurs, mes croyances, mes idéaux, mes expériences, mes désirs, mes réactions ...

Autrement dit, il s’agit d’« enquêter sur l’énorme complexité de l’esprit humain », de « découvrir sa nature, la nature de cette conscience, qui est celle de tous les êtres humains ».

Apprendre ensemble ?

« Apprendre est la capacité de penser clairement, sainement et sans illusion ; c’est se fonder sur des faits et non sur des croyances et des idéologies. »

Le dialogue est « un genre d’exploration collective, non seulement du contenu de ce que chacun de nous dit, pense et ressent, mais aussi des motivations, des présuppositions et des croyances sous-jacentes. »

« Cet apprendre n’est possible qu’en l’absence de toute contrainte pouvant s’exercer à travers l’attachement ou la menace, les encouragements persuasifs, les formes subtiles de récompense. »

Dans ces rencontres Dialogue Connaissance de soi, il n’y a pas de thème prédéfini ; c’est ce qui est observé ensemble lors du dialogue qui guide le questionnement, dans un état d’attention, d’écoute et d’observation, tant à l’extérieur, de ce qui est dit par l’autre, qu’à l’intérieur, de ce qui réagit en soi.

Ci-dessous, quelques citations pour préciser encore ce que nous entendons par dialogue et connaissance de soi.

Si vous vous contentez d’affirmer et moi aussi...
« (...) Nous pouvons commencer ces dialogues ce matin.

Mais si vous vous contentez d’affirmer et moi aussi, si vous vous en tenez à votre opinion, votre dogme, votre expérience, votre connaissance et que je m’en tiens aux miens, il ne peut y avoir aucun réel dialogue parce qu’aucun de nous deux n’est libre d’examiner une question. Dialoguer, ce n’est pas partager nos expériences l’un avec l’autre. Il n’y a pas de partage du tout : il y a seulement la beauté de la vérité, que ni vous ni moi ne pouvons posséder. Elle est simplement là.
Pour dialoguer intelligemment, il doit y avoir une qualité non seulement d’affection mais aussi d’hésitation. Vous savez, à moins que vous n’hésitiez, vous ne pouvez examiner. Examiner signifie hésiter, chercher pour soi-même, découvrir pas à pas, et quand vous faites cela, vous n’avez pas besoin de suivre quelqu’un, vous n’avez pas besoin de demander que l’on corrige ou que l’on confirme votre découverte. Mais tout cela demande beaucoup d’intelligence et de sensibilité.

En disant cela, j’espère ne pas avoir arrêté votre questionnement ! Vous savez, c’est comme dialoguer ensemble comme deux amis. Nous ne cherchons ni à affirmer ni à nous dominer l’un l’autre, mais chacun parle facilement, de manière affable, dans une atmosphère de camaraderie amicale, en cherchant à découvrir.

Et dans cet état d’esprit, nous découvrons, mais je peux vous assurer que ce que nous découvrons à très peu d’importance. La chose importante est de découvrir, et après avoir découvert, de continuer. Il est préjudiciable d’en rester à ce que vous avez découvert, parce qu’alors l’esprit est fermé, stoppé. Mais si vous mourez à ce que vous avez découvert au moment où vous l’avez découvert, alors vous pouvez aller avec le courant, comme une rivière qui possède des eaux abondantes. »

(Saanen, dixième causerie publique, le 1er août 1965, œuvres collectées, Vol XV, p. 245 ; NDT : Le terme « discussion » d’une précédente traduction a été remplacé ici par « dialogue » qui semble mieux adapté.)

Connaissance de soi

« Le commencement de la méditation est la connaissance de soi, ce qui veut dire être conscient de chaque mouvement de la pensée et de l’émotion, connaître toutes les couches de ma conscience - non seulement les couches superficielles, mais les activités cachées, secrètes, profondes. Mais pour connaître les activités profondément cachées, les mobiles secrets, les réponses, les pensées et les sentiments, il faut qu’il y ait de la tranquillité dans l’esprit conscient ; c’est-à-dire que l’esprit conscient doit être immobile afin de recevoir les projections de l’inconscient. L’esprit superficiel, conscient, est absorbé par ses activités quotidiennes : gagner de l’argent, tromper les gens, exploiter, s’évader des problèmes - toutes les activités quotidiennes de notre existence. Cet esprit superficiel doit comprendre la vraie signification de ses activités et, ce faisant, introduire une tranquillité en lui-même. » (J. K. De la connaissance de soi)

Simplement prendre conscience – sans la moindre notion de choix
« (…) il est essentiel de comprendre ce qu’est cette connaissance de soi : c’est simplement prendre conscience – sans la moindre notion de choix – du « moi » qui a sa source dans un paquet de souvenirs ; en avoir simplement conscience, sans interprétation, en observant simplement le mouvement de l’esprit. (…) ce que je dois observer et regarder, c’est le fait réel, la réalité brute, « ce qui est ». Si je l’aborde avec une idée préconçue, avec une opinion – du type « je dois » ou « il ne faut pas’ » qui sont des échos de la mémoire – alors le mouvement de « ce qui est » se trouve gêné, bloqué, et dans ce cas, on n’apprend rien. »

L’état créateur n’existe qu’en la connaissance de soi.

« L’état créateur n’existe qu’en la connaissance de soi. La plupart d’entre nous en sont privés : nous sommes des machines à répétition, des disques de gramophone, de sempiternelles chansons enregistrées par nos expériences, nos souvenirs ou ceux des autres (...)

Notre difficulté est que la plupart d’entre nous ont perdu cet état. Etre créatif ne veut pas dire nécessairement peindre, écrire, devenir célèbre, en somme avoir la capacité d’exprimer une idée puis de se faire applaudir ou rejeter par le public. Il ne faut pas confondre le don de s’exprimer avec l’état créatif. En celui-ci le moi est absent, l’esprit n’est plus centré sur ses expériences, ses ambitions, ses poursuites, ses désirs.

L’état créatif est discontinu ; il est neuf d’instant en instant ; c’est un mouvement en lequel le « moi », le « mien » n’est pas là, en lequel la pensée n’est pas fixée sur un but à atteindre, une réussite, un mobile, une ambition. En cet état est la réalité, le créateur de toute chose. Mais cet état ne peut pas être conçu ou imaginé, formulé ou copié ; on ne peut l’atteindre par aucun système, aucune philosophie, aucune discipline, au contraire, il ne naît que par la compréhension du processus total de nous-mêmes. »

Comprendre le mécanisme de la pensée

« (…) si le mécanisme de la pensée est ralenti, l’esprit peut la comprendre. (…) Il en est de même lorsque l’esprit se meut lentement parce qu’il désire comprendre chaque pensée dès qu’elle surgit : à ce moment-là, on se libère du mouvement de la pensée ainsi que des pensées que l’on a contrôlées ou disciplinées. (…)

Mais si chaque pensée est observée, ressentie pleinement, explorée et comprise totalement, vous vous apercevrez alors que la mémoire commence à disparaître. Nous parlons de la mémoire psychologique et non de celle des événements. »

(J. K., De la liberté, p.16)


Un long et patient travail d’exploration de soi

« Briser le carcan des habitudes n’est pas chose facile. L’homme se soumet à un modèle, tombe dans une sorte de léthargie et évite soigneusement tout ce qui peut le remettre en question. (…)
D’un point de vue psychologique, rares sont ceux qui veulent la liberté. Certes, chacun aime être libre d’agir à sa guise - mais qu’en est-il de la liberté intérieure ? Celle-ci demande un long et patient travail d’exploration de soi. Détruire le vieux cocon exige une énergie phénoménale. »

(J. K., Ultimes paroles)

Au delà du cercle de l’ignorance

« L’ignorance, c’est ne pas être conscient du processus de conditionnement qui rassemble les nombreux désirs, et souvenirs pleins d’avidité, etc. La croyance fait partie de l’ignorance. Toute action suscitée par la croyance ne fait que renforcer l’ignorance. La soif de comprendre, d’être heureux, cet effort de se débarrasser de telle qualité pour acquérir telle vertu, tous ces efforts sont le fruit de l’ignorance, qui provient de ce besoin constant. Ainsi, la relation est toujours marquée par l’effort et le conflit. (…)

Cette conscience n’est pas un effort pour dominer, pour détruire ou pour trouver un substitut. C’est un calme qui n’est pas fait de refus ou d’acceptation, mais une tranquillité totale en dehors du choix. Cette conscience brise le cercle de l’ignorance de l’intérieur, en quelque sorte, sans la renforcer. »

(3ème causerie, Ommen 1937, Bulletin de l’ACK n°53 – Hiver 1987 – Ignorance et lucidité.)


Modalités pratiques et participation

Des moments de dialogue d’une heure et demi à deux heures sont prévus chaque jour ainsi que des moments libres pendant lesquels il est possible de consulter seul ou plusieurs des documents écrits ou vidéo de la bibliothèque Krishnamurti ; des activités corporelles et des balades dans la nature sont souvent proposées par les participants.
Pour permettre au plus grand nombre de participer régulièrement, la contribution aux frais est réduite à 50 € pour le WE (pour les membres ACK, 80 € sinon). Ce montant réduit implique aussi une participation aux tâches (repas du soir préparés collectivement et ménage avant de partir) ainsi que d’apporter draps ou sac de couchage (draps sur place disponibles en supplément).

Pour les repas du midi, chacun est libre de préparer son pique-nique ou repas rapide à partir des ingrédients mis à disposition sur place à cet effet, ou d’ingrédients et préparations supplémentaires pouvant aussi être apportés par les participants (cuisine à disposition ; la cuisine est végétarienne).

Pour se rendre à Beaumont-la-Ferrière

En voiture de Paris : A6 puis A77 puis D38 jusqu’à Narcy et D38 jusqu’à Beaumont la Ferrière.
Pour les personnes venant en voiture et proposant un co-voiturage et ceux souhaitant y participer, n’hésitez pas à nous contacter.
En train de Paris jusqu’à la gare de La Charité-Sur-Loire.
Sur demande, on vient vous chercher à cette gare moyennant une participation aux frais d’essence.


Renseignements, inscriptions et réservations

Sabine et Sylvain 06.71.90.34.57 après 16h

ack krishnamurti-france.org

(Inscription obligatoire pour les courses d’alimentation).


PDF - 46.3 ko
WE Dialogue 24-26 oct 14 à Beaumont L-F

A.C.K. (Association Culturelle Krishnamurti)
7 rue du Général Guilhem 75011 Paris
Tel : 01.40.21.33.33 (répondeur) - 06.81.71.24.40 (interlocuteur)
E-mail : ack krishnamurti-france.org
Site ACK : http://www.krishnamurti-france.org
Blog Centre Culturel ACK :
http://la-maison-beaumont.blogspot.com/
Site dépositaire des enseignements de JK :
http://www.jkrishnamurti.org





  Connexion adhérent Accès adhérents | Espace privé | Plan du site | Références du site