Accueil - Jiddu Krishnamurti et son enseignement. - Citations

Vivez uniquement dans votre intellect et dans vos manipulations verbales, vos arguments astucieux. Et lorsqu’en toute réalité on vit de la sorte, que se produit-il ?



"Bien sûr, nous pourrions indéfiniment analyser, décrire la cause, mais est-ce que cela remplira le fossé entre l’esprit et le coeur ? C’est cela que je veux savoir. J’ai lu quelques-uns des livres de psychologie et notre propre littérature ancienne, mais cela ne m’enflamme pas et
maintenant je suis venu à vous, bien que cela soit peut-être trop tard pour moi."

Est-ce que vous désirez réellement l’union de l’esprit et du coeur ? Vos capacités intellectuelles ne vous suffisent-elles vraiment pas ? Vouloir unir l’esprit et le coeur n’est peut-être qu’un problème académique. Pourquoi vous souciez-vous de les assembler ? Cette préoccupation appartient encore à l’intellect et ne surgit pas, n’est-ce pas, d’une inquiétude au sujet du dépérissement de votre affectivité, lequel fait partie de vous-même ? Vous avez divisé la vie en intellect et coeur, intellectuellement, vous observez le coeur en train de se dessécher, et cela vous préoccupe verbalement. Laissez-le se dessécher ! Vivez uniquement par l’intellect. Est-ce possible ?

« Mais j’ai des sentiments ! »

Mais ces sentiments ne sont-ils pas réellement une sentimentalité, une complaisance émotionnelle envers vous-même ? Ce n’est pas de cela que nous parlons, évidemment. Nous disons : soyez mort à l’amour, cela n’a pas d’importance. Vivez uniquement dans votre intellect et dans vos manipulations verbales, vos arguments astucieux. Et lorsqu’en toute réalité on vit de la sorte, que se produit-il ?

Ce contre quoi vous vous élevez c’est l’effet destructeur de cet intellect que vous vénérez tellement. Cette action destructive suscite une multitude de problèmes. Vous voyez probablement l’effet des activités intellectuelles dans le monde - les guerres, la compétition, l’arrogance du pouvoir - et peut-être êtes-vous effrayé par ce qui va se passer, effrayé de l’impuissance et du désespoir de l’homme. Tant qu’existe cette division entre l’affectivité et l’intellect, l’un dominant l’autre, l’un doit détruire l’autre ; il n’y a pas moyen de les réunir. Vous avez pu écouter ces causeries au cours de nombreuses années, et peut-être avez-vous fait de grands efforts pour amener l’esprit et le coeur à s’unir, mais cet effort est exercé par la pensée, laquelle, ainsi, domine le coeur.

L’amour n’appartient à aucun des deux, car il n’y a, en lui aucune qualité de domination. Ce n’est pas une chose assemblée par la pensée ou par le sentiment. Ce n’est ni un mot émanant de l’intellect, ni une réaction sensorielle. Vous dites : « Il faut que j’aie de l’amour, et pour l’avoir, je dois cultiver le coeur. » Mais ce développement méthodique est mental, et ainsi, vous maintenez toujours les deux séparés ; on ne peut ni jeter un pont entre les deux, ni les unir dans un but utilitaire. L’amour est au commencement, non à la fin d’une entreprise.

J. Krishnamurti
La révolution du silence
Inde, Chapitre 3 (p. 29-30)



Citation précédente
Citation suivante


  Connexion adhérent Accès adhérents | Espace privé | Plan du site | Références du site